Suisse – TI-GR-SZ-ZG-NW – Voyage septembre 2022 – Impressions photographiques

Suisse – TI-GR-SZ-ZG-NW – Voyage septembre 2022 – Impressions photographiques

Pour notre premier voyage depuis 2019, 22 personnes sont parties, du 16 septembre au 19 septembre 2022, dans un circuit de 4 jours en Suisse à la découverte d’ouvrages fortifiés, de positions de barrage et de défense antiaérienne avec comme fil rouge le thème « Tessin-Grisons-Suisse centrale – Les défenses sud et centre du pays ».

Tessin

Forte Airolo

Forte Olimpio (Fortino Magadino inferiore)

Centi-Bunker San Martino et tour Dufour de Camorino

Grisons

San Bernardino – Sufers – Ouvrage d’artillerie de Crestawald 

Secteur fortifié de St. Luzisteig

Schwytz

Ouvrage d’infanterie de Grynau (position de la Linth)

Position de barrage de l’Etzelpass

Zoug

Menzingen – Gubel – Position de tir d’engin guidé sol-air BL64 Bloodhound

2021.09.19-ZG Gubel-Bloodhound Lenkwaffenstellung

Nidwald

Stansstad – Ouvrage d’artillerie de Fürigen

 

Remerciements

Nous avons pu bénéficier pour l’organisation et la conduite des visites de l’aide des associations suivantes :

Tessin : Associazione Amici del Forte Airolo, Associazione Fortificazioni Gambarogno, Associazione FOR.TI et Associazione Fortini Camorino

Grisons : Verein Festungsmuseum Crestawald et Militärhistorische Stiftung Graubünden

Schwyz : Stiftung Schwyzer Festungswerken

Zoug : Militärhistorische Stiftung des Kantons Zug

Nidwald : Verwaltung Nidwaldner Museum

Fribourg – Gurmels – Position de barrage Mühle-Biberenächer

Fribourg – Gurmels – Position de barrage Mühle-Biberenächer

La position de Mühle-Biberenächer est située sur le tracé de l’ancienne ligne de défense des Trois-Lacs bâtie entre 1914 et 1918 (Fortification de Morat).

Les travaux débutent, durant le dernier semestre de 1940, avec la transformation du fossé de l’ancien point d’appui de 1914-1918; ce dernier étant élargi, adapté et transformé en fossé antichars.

La caponnière existante est conservée et incorporée dans la nouvelle position.

Des fortins en béton armé (infanterie et antichars) sont construits de part et d’autre du passage obligé en lisière de forêt pour couvrir de leur feu l’obstacle antichars.

Divers abris pour la troupe et des observatoires complètent le nouveau dispositif de la position de barrage de Mühle-Biberenächer.

Cette position, d’importance historique, est un exemple rare de l’adaptation des renforcements du terrain d’une position de la Première Guerre mondiale au combat moderne.

Vaud – Une partie de la position de barrage de Lignerolles près de l’A9

Vaud – Une partie de la position de barrage de Lignerolles près de l’A9

La position de barrage de Lignerolle constitue la 2ème ligne de défense de l’axe stratégique Pontarlier – Col de Jougne – Vallorbe.

Les premiers ouvrages sont construits vers la fin des années 1930.

Fortins, barricades et obstacles antichars sont les composantes de cette position fortifiée érigée à la frontière franco-suisse.

Cette infrastructure permanente de combat sera modernisée jusque dans les années 1980.

Position de barrage de Lignerolles

 

Bäzberg – forteresse de la place d’Andermatt

Bäzberg – forteresse de la place d’Andermatt

A la découverte de la magnifique région d’Andermatt, nous vous proposons de parcourir les impressions photographiques sur une fortification remarquable qui a vu grandir plusieurs de nos membres au service de leur patrie.
Pour bien comprendre l’importance de ce site, il est nécessaire de s’imprégner du document suivant, dont vous trouverez les extraits ci dessous.

Monuments militaires dans les cantons de Uri, Schwyz et Zoug

Les détails architecturaux d’ouvrages, comme les forts de Bühl et du Stöckli, sont particulièrement intéressants. Le granit joue encore un rôle comme blindage, sa stéréotomie est donc particulièrement soignée. À remarquer tout particulièrement l’ouvrage du Bäzberg, jugé digne d’être conservé comme exemple représentatif d’un fort d’artillerie de cette première époque, dont les diverses modernisations n’ont pas trop altéré la substance originale. (Maurice Lovisa)

Ce qui fut initié à l’occasion de l’achèvement de la ligne ferroviaire du Gothard en 1887 avec le Forte Airolo et les constructions sur le col du Gothard trouva sa suite aux lieux-dits Bäzberg et Gütsch situés de part et d’autre des gorges de Schöllenen.
C’est là que furent édifiés, vers la fin du 19e siècle, les trois ouvrages d’artillerie du Bäzberg, de Bühl et de Stöckli qui firent, par la suite et jusque dans la seconde moitié du 20e siècle, l’objet d’agrandissements et d’améliorations périodiques. On y ajouta l’ouvrage de Gütsch au cours de la Seconde Guerre mondiale.(Ouvrage de Gütsch sur ASMEM)  En complément à ces quatre installations majeures, d’innombrables ouvrages destinés à la défense du terrain par l’infanterie y virent le jour, tout comme des infrastructures pour l’exploitation en temps de paix (locaux de garde et cantonnements en baraques). Ces investissements militaires furent complétés du temps de la Guerre froide par un vaste cantonnement souterrain tant au Bäzberg qu’au Gütsch. (Silvio Keller)

Andermatt – Gütsch

Andermatt – Gütsch

Un peu de fraicheur sur les sommets d’Andermatt

Forteresse de Gütsch (A8685)

La forteresse de Gütsch était un poste d’artillerie suisse près de la commune d’Andermatt. Elle fut construite en 1942 au plus fort de la Seconde Guerre mondiale à une altitude de 2 300 m sous le vieux fort Stöckli. La forteresse peut être atteinte aujourd’hui par le télécabine qui est à proximité de la gare d’Andermatt.

La visite des extérieurs avec :
– Le fort du Stöckli (qui est maintenant, vraiment une ruine) ;
– Le fort de Gütsch (ouvrage d’artillerie 3 canons 10,5 et ses défenses d’infanterie) ;
– Une fortification un peu plus contemporaine.

Les fortifications de Gütsch et ses canons sur tourelles jouaient un rôle essentiel de défense de la région d’Andermatt. Construit pour la 9e Division en tant que substitut partiel au Fort Stöckli et à l’armement obsolète des forts Bäzberg et Buhl, le fort fut déclassé en 1995 ; il est maintenant le site d’une station météorologique et d’un parc éolien.

Crestawald et Sufers

Crestawald et Sufers

La construction de la forteresse de Crestawald a commencé en septembre 1939. En 1940, l’imposant ouvrage d’artillerie était prêt.
Son but était le blocage de l’axe de transit nord-sud à travers les Grisons. Il se situe à quelques kilomètres de la sortie Nord du San Bernardino.

Sufers est un ouvrage d’infanterie.

Crestawald un ouvrage mixte qui comme la plupart des forts ont été équipé d’origine par des 7,5 cm, et ensuite remis à jour en 10,5 cm

Les complexes de bunker ont été tenus secrets pendant longtemps. Avec la restructuration de l’Armée, les forteresses d’artillerie près des frontières du pays n’avaient plus leur utilité. En l’an 2000, le secret a été levé. La même année, la forteresse était transformée en musée accessible au public par l’association du musée de la forteresse de Crestawald.

C’est un musée remarquable et facile d’accès.

http://www.crestawald.ch/

Promenade au pont du Diable

Promenade au pont du Diable

En quelques 2 heures, une promenade « à pied » entre Andermatt et Göschenen, impressions photographiques.

A la fois belles et sauvages, les gorges de Schöllenen sont un passage obligé sur la route du Gothard. Autrefois, les habitants de la vallée de l’Urseren y avaient construit des passerelles et des chemins mais selon la légende, ils ont eu besoin d’aide pour construire un pont. C’est le diable qui s’est présenté et, après avoir accepté ses conditions, les gens sont finalement parvenus à le berner.

Tout ce tronçon est en pleine rénovation (comme d’habitudes) et le périple en vaut le détour.

 

Les Salons du Général Dufour

Les Salons du Général Dufour

Les Salons du Général Dufour

Ils sont une société partenaire de notre ASMEM.

Les Salons du Général Dufour sont l’occasion pour des historiens, des spécialistes ou des amateurs d’histoire, éclairés ou non, de visiter le XIXème siècle par le biais de la vie et l’oeuvre de Guillaume Henri Dufour.

Les Salons du Général Dufour, se tiennent mensuellement dans la Maison Dufour, au 9A rue de Contamines, à Genève, que le Général a fait construire et qu’il a habitée de juin 1845 jusqu’à sa mort le 14 juillet 1875.

Secrétariat : Les Salons du Général Dufour, 25 avenue des Pâquis, 1110 Morges

Tél : 022 807 08 31 – fax : 022 807 08 39 – E-mail : info@salons-dufour.ch – site : www.salons-dufour.ch